Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Légion Rhumaine

Compte rendu des dégustations du club de rhum et de ses activités.

16 ème dégustation Fevrier 2016

Publié le 22 Février 2016 par La légion Rhumaine

16 ème dégustation Fevrier 2016
16 ème dégustation Fevrier 2016

Nous revoici en Février chez notre bon Greyus pour notre réunion mensuelle.

Nous entamons, pour ce faire, notre soirée avec le Black Sheriff, très gentiment offert par la distillerie HSE. J'ai donc tenté de reproduire leur Smoke Old fashioned que nous avons pu découvrir et apprécier. Il s'agit d'un mélange assez sec qui fait bien son effet et qui comblera, à coup sur, les amateurs de ce genre de cocktails. Pour celles et ceux qui souhaiteraient d'ailleurs la recette originale, cliquez ici. Merci et santé à HSE pour la marque de confiance et (surtout) la qualité de leur produit !

Passons à présent à notre rhum à l'aveugle.

Après avoir très rapidement analysé celui-ci, il ressort que nous sommes à nouveau sur un Ron. Indices :

0) personne

1) peu, voir pas de légionnaire l'a dans son bar (super indice) : personne.

2) Embouteilleur indépendant : toujours personne.

Bon là, notre bon César, voyant que nous étions tous perdus, a même précisé que c'était made in Fabio Rossi.

3) Nous avons déjà pu tester son aîné de trois ans lors d'une précédente dégustation : bingo pour trois légionnaires.

Il s'agit du Rum Nation Panama 18ans. Pas si évident, encore une fois, mais toujours aussi ludique.

A présent, notre dégustation :

Ron de Jeremy XO

16 ème dégustation Fevrier 2016

Ron de Jeremy XO Entrons directement dans le vif du sujet (si je peux dire...) avec Ron Jeremy (Ronald Jeremy Hyatt), né en 1953 et connu depuis 1979 pour son énorme......carrière dans le monde des films X!!! Il est d'ailleurs dans le livre des records avec 2216 films comme acteur et 285 films comme réalisateur (Rocco peut se rhabiller avec ses 600 films :)). Avec ce nom prédestiné, il crée sa marque de rhum "Ron de Jeremy" il y a quelques années, à noter sa collaboration avec le Master Blender Don Pancho Fernandez, qui, avec le Ron de Jeremy Reserva, a obtenu bon nombre de prix depuis 2011. Le rhum de ce soir est le Ron de Jeremy XO solera 15ans, blend de rhums de la Barbade, Trinidad, Jamaïque et Guyana, 40%.

16 ème dégustation Fevrier 2016

Nous avons une couleur d'un ambre profond voir même acajou avec une belle robe cuivrée. C'est gras aux parois et les jambes sont relativement épaisses.

Au nez, c'est assez prometteur et vif pour un 40%. L'influence de la Barbade est, d'abord, mise en avant avec la vanille et la banane. Le chocolat noir arrive, quant à lui, en second plan. La sensation très légère de vernis, les notes végétales, et la fraîcheur du menthol nous rappellent, ensuite, subtilement certains Jamaïcains. C'est également quelque peu fumé (bois brûlé) et épicé sur le poivre.

L'attaque en bouche se fait tout en douceur et en gourmandise sur la vanille (omniprésente), le chocolat au lait et les épices légères (pointe de cannelle). Nous sommes clairement, à ce moment, à la Barbade. L'alcool est, pour sa part, relativement bien intégré. Un petit côté végétal finit par nous amener quelques secondes en Jamaïque. C'est léger et sucré mais malheureusement fort peu complexe.

La finale est correcte pour les uns, très moyenne ou inexistante pour les autres. Une fin typique de certains ron à 40%, courte sur le sucre, la vanille et les épices douces.

Un Ron au nez assez prometteur qui s'essouffle en cours de route pour nous laisser une bouche 'simplement' agréable et une finale pour le moins discutable. Le rapport qualité/prix, lui, a été jugé correct (comptez 46Eur).

Rhum J.M Multimillésime

16 ème dégustation Fevrier 2016

De retour à Macouba avec J.M!!! Nous avions testé lors de la 13ème dégustation une de leurs nouveautés avec la finition Cognac [lien].

Aujourd'hui, autre nouveauté avec le multimillésime (triple), blend de rhums de 2003, 2004 et 2005 et embouteillé le 24/12/2014 (9 à 11 ans pour ceux qui n'ont pas envie de calculer), bouteille 11580/13000, 42,5%.

16 ème dégustation Fevrier 2016

Au point de vue de la couleur, nous avons un vieil or des plus limpides. Ce n'est pas excessivement gras mais fidèle au visuel des rhums J.M.

Le nez est frais et très gourmand. Nous retrouvons, dans un premier temps, ce boisé si fin et ce côté acidulé de la pomme verte. L'ensemble évolue, rapidement, sur un bouquet plus pâtissier avec les pommes cuites, le cake au beurre, la crème brûlée et le miel d'acacia. Nous détectons, ensuite, de la mandarine et de la canne fraîche, en arrière plan. L'influence du fût de Bourbon est, quant à elle, bien marquée. C'est, au final, légèrement poivré. L'alcool est, pour sa part, remarquablement bien intégré.

En bouche, c'est à nouveau boisé, fruité et gourmand. L'attaque est grasse sur la réglisse. Le bois humide se marie à la perfection avec les fruits jaunes ( abricot et pêche) L'ensemble se fait, ensuite, plus mielleux. C'est finalement tannique et l'influence du fût de Bourbon se fait, une nouvelle fois, bien ressentir.

La finale est belle (longue pour certains), douce et épicée sur la réglisse. C'est relativement bien maîtrisé.

Lors d'une précédente dégustation, nous avions pu découvrir une des dernières finitions de la marque (Cognac). Nous avions été pour le moins mitigés. J.M nous propose, ici, un produit relativement mieux exécuté et globalement bien abouti. Nous retrouvons, pour notre plus grande satisfaction, les marqueurs traditionnels de la maison. Sans véritablement nous bouleverser, il s'agit d'un rhum qui nous a séduit par sa gourmandise, son fruité et son boisé si distingué. Son prix? Comptez +- 65Eur. A quand un nouveau multi ?

Clément Cuvée Homer

16 ème dégustation Fevrier 2016

Pour terminer cette première partie de dégustation, un peu d'histoire, je vois que ça vous manque...(ou pas...). 

Restons en Martinique avec le domaine de l' Acajou, racheté par le Docteur Homère Clément en 1887 (fournisseur de l'usine sucrière du François).En 1917, il construit sa distillerie sur le domaine. Fils et petit-fils se succéderont avec la création le la marque Acajou en 1930 remplacée 10 ans plus tard par la marque Clément. En 1986, elle est rachetée par Yves et Bernard Hayot, la production est stoppée en 1988, et, comme pour HSE, la colonne est transférée au Simon (800 000L/an), mais le vieillissement (7500 fûts), réduction, embouteillage, etc.... sont maintenus au domaine.La gamme Clément est également très très étoffée, Clément cocktails, rhum blanc à 40, 50, 55%, canne bleue, première canne, rhum ambré, vieux, select barrel, vsop, 6-10-15 ans, single cask, carafe XO, carafe cristal, millésimes 52-70-76, j'en passe......

Au tasting ce soir, le Clément cuvée Homère, rhum vieux hors d'âge, hommage au fondateur, 44%.

16 ème dégustation Fevrier 2016

Au visuel, nous avons une belle couleur d'un ambre léger tirant sur le cuivré. De jolis reflets dorés sont également visibles.

Au nez, c'est assez fin et frais sur la canne. Le chêne, relativement bien équilibré, s'accorde pour le mieux avec le large panier de fruits proposé (cerise, pruneau, raisins secs, zeste de citron vert et de pamplemousse). L'ensemble évolue, ensuite, sur un bouquet sensiblement plus gourmand avec les saveurs d'un cake au citron, d'un pain d'épice et de la réglisse. Ces particularités nous ont d'ailleurs rappelé les caractéristiques de certaines éditions de la maison Trois Rivières. Notre breuvage, après ouverture, se fait finalement plus herbacé.

En bouche, c'est vif, puissant et boisé toujours sur ce chêne. C'est assez sec et l'alcool se fait assez bien ressentir. La réglisse est à nouveau présente, tout comme les pruneaux et les raisins secs. L'amande grillée fait, quant à elle, son apparition au détriment des autres fruits détectés au nez. Nous terminons cette bouche sur l'amertume du zeste de pamplemousse.

La finale est assez longue et sèche sur le bois et la canne. L'ensemble manque quelque peu de puissance aromatique.

Sans raison particulière, cela faisait des mois que nous n'avions plus été chez Clément. Il nous tardait de découvrir cette magnifique carafe. Globalement, nous avons apprécié cette cuvée Homer. Le nez s'est tout d'abord montré riche, fin, fruité et gourmand. La bouche a ensuite perdu un peu en intensité et en saveur. La finale a, quant à elle, été jugée un poil trop linéaire. Le tout pour un budget d'approximativement 100Eur. Il faut, je pense, connaître un minimum la maison (apprécier leur savoir faire et la particularité de leur produit) avant de céder à cet achat éventuel.

A suivre, la seconde partie de soirée...

Commenter cet article