Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Légion Rhumaine

Compte rendu des dégustations du club de rhum et de ses activités.

19 ème dégustation - Mai 2016

Publié le 24 Mai 2016 par La légion Rhumaine

19 ème dégustation - Mai 2016

Ahhh le mois de Mai : le bon temps, les premiers barbecues et... en fait non. En Belgique, il fait toujours aussi maussade et froid !! L'été semble être bien loin mais cela ne nous empêche pas de nous retrouver une fois de plus chez Xa pour notre rendez-vous mensuel.

19 ème dégustation - Mai 2016

Old fashioned pour l'apéro :

- El Dorado 8ans (5cl)

- Deux traits d'Angostura Bitters

- Une cuillère de sirop de cerise

- Un peu de glace

- Et en guise de déco une cerise au marasquin

Pour que le cocktail soit réussi, dosez bien le Bitters car le côté médicinal peut vite le déséquilibrer. Ne le noyez pas avec trop de glace (deux voire trois maximum).

Comme à son habitude, il s'agit d'un apéritif assez sec qui ne sera (à mon avis) pas trop réalisé durant nos quinze jours d'été...

Dernièrement, étant de plus en plus attirés par le rhum blanc, nous avons eu envie de démarrer notre line-up par un de ceux-ci :

Toucan Banc

19 ème dégustation - Mai 2016

Jeune marque française (2011) nous provenant de la Guyane, Toucan propose une gamme de 3 rhums qui seront tous testés à la Légion. Commençons par le rhum blanc, agricole 100% pur jus de canne de Guyane, de la distillerie Saint-Maurice, seule distillerie de Guyane française depuis 1990. Elle produit également les rhums La Belle Cabresse et La Cayennaise. Le rhum est ensuite acheminé vers Toulouse où le reste du processus est effectué (dans ce cas la réduction de 70 à 50% et l'embouteillage). Ce rhum a reçu un beau coup de projecteur en remportant la médaille d'or (rhums agricoles et pur jus blancs) au Rhum Fair de Paris en 2013.

19 ème dégustation - Mai 2016

La couleur est d'un cristallin bien brillant et des plus limpides. Le col est visiblement gras et les jambes relativement fines.

Au nez, c'est floral et végétal sur la canne fraîche. Un petit côté iodé ainsi qu’une impression crémeuse rendent l'ensemble très agréable et assez délicat.

L'entrée en bouche est ronde, suave et accessible. Une impression de chaleur envahit rapidement le palais laissant les épices (poivre) pleinement s'exprimer. La canne fraîche est à nouveau bien présente et amène avec elle une petite touche d'acidité. Même si aucune agressivité n'est à signaler, une sensation de piquant se propage de façon persistante sur les papilles. Les 50° sont, quant à eux, quasiment indétectables.

La finale, sèche et astringente, est correcte (courte pour certain). La pelure d'orange apporte cette amertume et cette acidité bien marquées en rétro.

Voici un rhum que nous avions découvert à Paris grâce à la pétillante, sympathique (et vous pouvez franchement encore ajouter une bonne dizaine d'adjectifs de votre choix) Cat Arnold. Il nous avait laissé le souvenir d'un rhum frais et accessible. Nos sentiments se sont vérifiés lors de notre dégustation de ce soir. Nous n'avons, volontairement, pas voulu l'altérer en Ti' Punch afin de (re)découvrir au mieux ses caractéristiques. Bien que nous sommes restés sur du positif concernant nos impressions, nous avons trouvé le nez plus intéressant que la bouche, quelque peu moins expressive au niveau aromatique. Un chouette rhum, donc, au succès médiatique qui ne cesse d'enfler et dont le prix se situe aux alentours de 40Eur.

Nous quittons La Guyane afin de rejoindre la Jamaïque pour le second rhum de la soirée :

Rum Nation Jamaïca 8 ans

19 ème dégustation - Mai 2016

Lors de notre 15ème dégustation en janvier, nous avions testé un demerara 23 ans de Rum Nation, marque de l'embouteilleur indépendant italien, Fabio Rossi. Convaincus par ce produit, nous retentons l'expérience avec, certes un rhum très différent et beaucoup plus jeune, mais qui, sur papier peut être assez intéressant...
Il s'agit du Rum Nation Jamaïque 8 ans distillé en pot still, chez Worthy Park, avec une finition en fûts de Sherry Oloroso, 50%.

19 ème dégustation - Mai 2016

Au niveau de la couleur, nous avons un vieil or assez brillant. La couronne, relativement grasse laisse s’effiler les fines jambes qui semblaient suspendues le temps d'un court instant.

Le nez est concentré et gourmand. Une petite aération est cependant nécessaire afin de dissiper les premières effluves marquées par l'alcool et le vernis typique de certains Jamaïcains. La pomme Granny, bien marquée, arrive ensuite laissant peu de place au boisé. L'influence du sherry, quant à lui, bien présent nous plonge vers un côté plus pâtissier (banane flambée, massepain). Les agrumes et particulièrement le zeste de citron vert apportent au final une acidité agréable.

L'attaque en bouche, chaude et portée sur l'alcool, est assez expressive. Bien que légèrement fumé et épicé sur la cannelle, nous retrouvons un généreux panier fruité composé de fruits jaunes, de cerises, de bananes vertes et de fruits secs. La finition se distingue, à nouveau, avec de l'amertume en fin de bouche.

La finale, d'une longueur moyenne, est chaude, épicée et sucrée. Nous avons dans un premier temps les fruits jaunes compotés avant de retrouver définitivement le côté gourmand du sherry avec l'amande.

Il est certain qu'apporter une finition sherry sur un rhum permet d'arrondir sensiblement les angles. De cette façon, un rhum au caractère bien trempé clapant à 50% devient plus facilement accessible et permet de toucher un publique plus vaste. Et au niveau gustatif, qu'en est-il ? Rum Nation ne nous a jamais vraiment déçu. Et une fois de plus, ce rhum s'est montré plaisant de manière générale. Cependant, il aurait été plus intéressant de tester cette expression sans finition tant celle-ci s'est montrée omniprésente tout au long de la dégustation. Il s'agit certes d'un rhum accessible et agréable (comme Mr Rossi a l'habitude de nous proposer) mais dont l'identité a peut-être été un peu trop altérée. Les puristes risqueraient d'ailleurs d'être quelque peu déroutés. Les néophytes trouveraient, quant eux, une voie d'accès aisée au monde des Jamaïcains. Comptez 48 Eur.

 

Autre rhum, autre finition, nous voici au prochain :

Savanna Lontan 10 ans affinage en fût de calvados

19 ème dégustation - Mai 2016

La distillerie Savanna a été conçue et réalisée par Émile Hugot, surnommé Monsieur Sucre, entre 1948 et 1950 à Saint-Paul. Mais la première mention d'une distillerie sur le domaine de Savanna date des années 1870. La distillerie sera transférée en 1992 à Saint-André sur le site de Sucrerie de Bois-Rouge. En effet, suite au démarrage de la 1ère Centrale mixte charbon bagasse, Savanna se retrouva privée de son unique source d'énergie, la bagasse de Bois-Rouge. Savanna produit des rhums de "vrac" pour des clients et, une production de 40 à 50000 bouteilles par an sous son propre nom, ce qui explique qu'il n'est pas toujours simple de se procurer leurs produits. D'autant plus que la gamme Savanna est assez variée. Rhum blanc, agricole, traditionnel, Grand Arôme, single cask, brut de fût, affinage.... Nous aurons l'occasion de détailler tout cela lors d'une prochaine dégustation... Passons au rhum du jour... Rhum Savanna Grand Arôme vieux, 10 ans d'âge, single cask, millésime 2004. Mis en fût le 06/05/2004 en fût de Cognac, il est sélectionné par le maître de chai en septembre 2013 pour être affiné en fût de Calvados. Fût 986, bouteille 498/786, 46%. Le terme Grand Arôme signifie que (dans le cas de Savanna) la mélasse est fermentée entre 5 et 10 jours avant distillation en colonne cuivre, donc avec une très forte puissance aromatique (seules 4 distilleries au monde produisent du rhum Grand Arôme blanc et Savanna serait le seul a proposer une version vieillie...). Assez parlé. Dégustons !!!! 

19 ème dégustation - Mai 2016

Nous avons une jolie couleur cuivrée avec de généreux reflets dorés. D'une belle brillance, notre liquide est bien gras. La couronne, plus épaisse, laisse redescendre lentement les longues larmes.

Puissant au nez, légèrement fumé et très boisé. Dans un premier temps, des arômes de colle et de vernis font leur apparition. Les fruits rouges (cerise et framboise) viennent en second plan. L'ensemble, quelque peu vineux, ne cesse d'évoluer vers quelque choses de plus confit (cerise marasquin). Les fruits finissent par se faire plus mûrs avec la pomme, à la limite de la consommation. Vraiment surprenant !

La bouche, puissante, est portée de prime abord sur le vernis. Le bois se montre toujours aussi présent mais sous une forme plus vieille et beaucoup plus humide. Les fruits rouges, toujours bien présents, dégagent une légère acidité. Nous décelons aussi plusieurs fruits sous différentes formes : frais (figue et zeste de citron vert), secs (raisin de Corinthe), confits et surtout toujours aussi mûrs. La fin de bouche est plus gourmande et plus biscuitée malgré une pointe d'amertume et d'astringence en rétro.

La finale, évolutive et complexe, est d'une belle longueur et d'une belle douceur sur la cerise. Le boisé, lui, se veut toujours aussi humide. Une petite touche d'amertume se fait également ressentir. La fin de dégustation, nous rappelant au passage certaines eaux de vie à la framboise, nous laisse sur de belles notes de réglisse.

Voici une excellente découverte, un rhum d'un genre nouveau (nous concernant). Une approche et une dégustation totalement différente. Un rhum qui ne peut laisser de marbre et qui obligera le consommateur à se positionner lors de la dégustation. Nous avons globalement été séduits par ce Savanna au caractère bien affirmé et qui possède une réelle identité. Du boisé, du fruité, un bel équilibre, de la personnalité et surtout de l'originalité. Encore un produit qui n'est malheureusement pas distribué en Belgique et qui gagne sincèrement a être connu !

Nous voici arrivés à la moitié de notre soirée. Pour la seconde partie, nous aurons droit à des millésimes des années 1991, 2006 et 2007...

A bientôt

Commenter cet article