Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Légion Rhumaine

Compte rendu des dégustations du club de rhum et de ses activités.

Dégustation de Novembre 2016 - Partie II

Publié le 10 Janvier 2017 par La légion Rhumaine

Dégustation de Novembre 2016 - Partie II

J. Bally 2002

Dégustation de Novembre 2016 - Partie II

Pour la seconde partie de notre line-up, direction la Martinique où nous allons découvrir ce soir le J. Bally 2002. Distillerie située dans le Cabret, sur la côte est de l’île, elle a été créée par Jacques Bally en 1923. Ce précurseur visionnaire fut le premier à miser sur le vieillissement millésimé de ses rhums. La colonne de distillation, aujourd’hui transférée à la distillerie St James, aurait été conçue et réalisée par J. Bally lui-même. Au niveau du vieillissement, ce rhum a passé six années en fûts de chêne avant son embouteillage.

Au visuel, nous sommes sur un vieil or soutenu à reflets cuivrés avec un col assez gras et de longues et fines jambes.

Le premier nez nous a tout d’abord laissé assez perplexe avec des arômes très végétal de sous-bois et de fleurs des champs laissant apparaître une pointe plus fraîche de pomme et de fruits blancs. Après aération, il laisse percevoir des notes plus boisées, de tabac et de boite à cigare. On lui retrouve également un petit côté gourmand et pâtissier en fin de nez sur le caramel cuit et la vanille.

En bouche, nous retrouvons les derniers arômes boisés et gourmands que nous ont laissé nos dernières impressions olfactives dans une attaque très douce et légère voire presqu’aérienne. Une fraîcheur épicée de menthe poivrée va nous accompagner dans ce parcours gustatif jusqu’à la finale. En fin de bouche, on décèle également quelques notes de fruits bien mûrs.

La finale, qui reste sur les épices et le poivre, nous offre un beau retour en bouche assez chaud et salivant malgré une longueur moyenne.

En résumé, un beau produit frais et gourmand à la personnalité assumée de rhum agricole qui se veut bien équilibré au niveau de ses arômes.

Habitation Velier Forsyth WP 2005

Dégustation de Novembre 2016 - Partie II

Embarquons pour la Jamaïque avec l’Habitation Velier Forsyth WP 2005. Worthy Park, plus ancienne distillerie de Jamaïque encore en activité. Cette dernière a rouvert ses portes en 2005 après une fermeture d’une cinquantaine d’années. Ce produit est issu de mélasse locale et a bénéficié d’une fermentation lente avant d’être distillé en Pot Still (Forsyth). Il a ensuite fait sa maturation pendant 10 ans sous le climat tropical en ex-fûts de Bourbon. Comme toute la gamme Habitation Velier, il est non filtré à froid, sans colorants, arômes ou sucres ajoutés.

Au niveau de la couleur, nous avons un beau doré à légers reflets ambrés. Un fin col et de longues jambes nous donnent un visuel plutôt alléchant.

Le nez, dans un premier temps assez fermé, est clairement sur des notes de bois brûlé et de fumée avec une pointe d’iode. On note également des arômes plus gourmands sur le caramel, le cacao torréfié et les fruits mûrs (abricot et poire). Après aération, on retrouve un peu plus les marqueurs jamaïcains avec un coté vernissé justement dosé qui laisse la place belle à des notes pâtissières de cake au beurre et de vanille.

L’attaque en bouche se veut vive et sèche, l’amertume tannique du bois nous prend sur tout le palais avec des notes de réglisse, de cuir et de vanille. Après cette attaque en bouche enivrante dont l’alcool reste cependant magnifiquement intégré, on ressent sur le palais des notes épicées de poivre noir et de bois de santal. Le tout évolue ensuite vers des notes plus fraîches sur les fruits blancs et le zeste de citron et d’orange.

La finale se veut longue et fraîche sur le zeste de citron avec une belle rétro sur la réglisse, les épices et le bois brûlé.

En résumé, un rhum magnifiquement bien structuré, tout en puissance et à la fois très complexe dont l’évolution nous emmène à travers un véritable parcours gustatif.

Nation Diamond 2005

Dégustation de Novembre 2016 - Partie II

Nous terminerons cette dégustation avec le rhum Nation Diamond 2005, Nous ne vous présenterons plus l’embouteilleur italien dont plusieurs de ses références ont déjà été dégustées à la légion. Il s’agit ici  du plus jeune des trois de la série des Small Batch Rare Rums issus de chez DDL. Edition limitée à 473 bouteilles et titrant à 58,6%, il est distillé à partir de la double colonne en inox de la distillerie Diamond, avant d’être vieilli en ex-fûts de Bourbon pendant 11 ans partiellement sous climat tropical et continental.

Le visuel nous offre un magnifique ambre profond à reflets acajou digne de vieux sherry. C'est gras dans de verre et le col nous offre de légers reflets verdâtres.

Au nez, l’attaque est puissante et dégage des arômes de bois brûlé et de raisins secs. On retrouve également de la fraicheur avec des notes de zeste d’orange et d’agrumes. Le nez évolue petit à petit sur l’orange confite, le pruneau et les fruits secs pour finalement arriver à des notes plus organiques de caoutchouc, de tabac et de marc de café.

L’attaque en bouche se veut dans la même lignée, puissante et onctueuse. Les fruits confits et les raisins secs, déjà présents au nez, ne sont pas en reste mais s’estompent cependant rapidement au profit de notes plus amères sur le cachou et la réglisse, ainsi que sur le bois brûlé. On retrouve également de notes plus végétales d’herbe humide et de foin que l’on pourrait presque qualifier de champêtre.

La finale est d’une belle longueur légèrement astringente et sèche sur l’amertume des zestes d’agrumes et la réglisse.

En Bref, un rhum puissant et charpenté, dont la typicité des marqueurs Diamond est bien mise en exergue, mais dont l’attaque alcooleuse ne reste cependant pas toujours idéalement intégrée.

Nous voici arrivés au terme de cette dégustation de novembre et vous disons donc à bientôt pour de nouvelles notes!

 

NB: Pour ceux qui désirent les fiches individuelles au format pdf, celles-ci sont disponibles dans la rubrique téléchargement.

Commenter cet article