Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Légion Rhumaine

Compte rendu des dégustations du club de rhum et de ses activités.

Préparation de la dégustation de Novembre (part 1)

Publié le 9 Novembre 2015 par Picsus-Greyus-Cesar

Je tiens d'abord à vous préciser que ce post n'est pas un compte rendu comportant les notes précises d'une dégustation du groupe mais plutôt le récit du déroulement d'une soirée de préparation.

Comme cité précédemment, la légion se réunit tous les mois afin de déguster une sélection de rhum. Jusque là, ça va, me direz vous... Mais ce n'est pas si évident, parce qu'il faut la préparer cette dégustation! Rien de plus simple? Et bien, pas tant que ça (je serais le plus défaitiste du groupe, semble-il!). C'est, en effet, un peu plus compliqué qu'il n'y paraît dans la mesure où plusieurs paramètres entrent en ligne de compte pour faire en sorte que tout le monde passe un bon moment... De ce fait, il faut que la dégustation soit la plus homogène possible en présentant des rhums d'entrées, moyens et hauts de gamme. Il faut également penser à mélanger les styles, tout en n'oubliant pas les embouteilleurs indépendants, les nouveautés ou les "vieilleries". Le tout en respectant un certain budget... Bref, vous l'aurez peut-être compris, c'est une tâche vraiment pénible à réaliser (tu parles...). Bien sur, pour pouvoir assurer un max lors de ce travail de forcenés, nous dégustons notre breuvage préféré. C'est ce qui nous amène précisément ici... Ce soir, pour la préparation de notre 13ème dégustation, c'est Ruben qui recevait. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il sait recevoir!

Préparation de la dégustation de Novembre (part 1)

Les choses ont, pour le moins, bien commencé lorsque mon hôte a disposé sur la table les quatre bouteilles de la Compagnie des Indes actuellement disponibles à la distribution (à savoir le Caraïbes, le Latino, le Jamaïque 5ans, et le Jamaïque Navy strengh).

Petite parenthèse: rencontré sur son stand au Salon du Rhum à Spa, Florent Beuchet, responsable de la marque, nous avait expliqué que ses derniers single cask étaient en rupture de stock et qu'il ne pouvait plus, de ce fait, les fournir. A ce sujet, j'ai vraiment beaucoup aimé la philosophie de Florent concernant ses produits. Ca a déjà été souvent relevé mais faut quand même avouer qu'il nous vend du rêve avec sa présentation de produits, ses informations et surtout sa transparence. Parenthèse terminée.

Nous avons donc dégusté les entrées de gamme de la marque. Pour ma part, je trouve que, de manière générale, c'est un produit bien élaboré et fort à mon goût sans être pour autant la révélation de l'année. Au niveau des deux assemblages, d'abord, j'ai préféré le Caraïbes, plus gourmand au nez et en bouche que le latino. Il y a ce côté sucré (Guyane) et vanillé (Trinidad) qui le rend peut être plus accessible, de prime abord.

Les deux jamaïcains sont vraiment sympas, toujours sur ces notes omniprésentes de pomme. Le Navy Strengh est bien évidemment plus puissant même si les 57° sont assez bien intégrés. Peu, voire pas, d’astringence et un petit côté réglisse en rétro qui rend vraiment l'ensemble très agréable.

Au niveau budget, c'est assez serré et donc, même si ce n'est pas un réel coup de cœur, c'est vraiment un super rapport qualité/prix.

Caraïbes : 27€

Latino : 36€

Jamaïque : 44€

Navy Strength : 48€

Le Caraibes et le Navy Strength ont été mes deux préférés.

Ma seconde expérience avec la CDI a confirmé tout le bien que je pensais de la marque. J’attends avec impatience la sortie des nouveaux Single Cask, récemment annoncée.

Préparation de la dégustation de Novembre (part 1)

Transition et comparatif oblige, on passe au Rum Nation Jamaïque 8ans Pot Still Oloroso finish.

J'aime beaucoup la Gamme Rum Nation.

Mr Rossi propose une variété de rhums assez accessible gustativement et financièrement (ben oui , le surnom picsus vient bien de quelque part).

Pour le coup, j'ai trouvé ce Jamaïcain meilleur que ceux que propose la CDI, pour un tarif identique au Navy Strength. On est sur le même registre en moins puissant que ce dernier, plus sucré mais aussi plus structuré.

Ce rhum est légèrement plus vieux, ce qui pourrait expliquer cela.

La mise en bouche est assez souple et la longueur est persistante avec une légère amertume en rétro. La finition en Sherry apporte vraiment, selon moi, ce petit plus. J'aime beaucoup.

Préparation de la dégustation de Novembre (part 1)

Petit rhum coca pour un peu se reposer et on continue avec le Plantation Guyana 2005.

Alors c'est peut-être par fainéantise mais je n'ai jamais trop osé m'aventurer chez Plantation. Trop de millesimes, de Single Cask (fût unique), de finitions et d'éditions embouteillées par Pierre, Paul ou Jacques... Ca peut paraître très débile et simpliste comme raisonnement mais faut dire aussi que je ne suis jamais, non plus, tombé amoureux d'un de leurs produits.

J'ai, malgré tout, entendu beaucoup de bien concernant certains de leur Single Cask mais ça devient malheureusement trop vite introuvable.

En fin de compte, j'ai quand même pris du plaisir à boire ce millésime, très porté sur les raisins et le sucre roux, propre à certains Demerara.

La longueur est correcte mais sans plus. C'est gourmand mais ça pourrait, par contre, devenir vite écœurant. Le prix est, quant à lui, assez démocratique (42€)

A ce moment, on a peut-être trouvé deux ou trois rhums à placer lors de notre prochaine soirée... Et pour ne pas changer, Ruben est au téléphone et il n'en touche pas une...

Picsus

Commenter cet article