Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Légion Rhumaine

Compte rendu des dégustations du club de rhum et de ses activités.

HSE Sherry finish 2004 Fino & Olorosso vs 2005 Pedro Ximenez

Publié le 24 Décembre 2015 par Picsus

HSE Sherry finish 2004 Fino & Olorosso vs 2005 Pedro Ximenez

Fort de son succès, HSE étend sa gamme en proposant diverses finitions.

Dans un premier temps, les Sherry 2002 et single malt 2002 ont vu le jour avant de voir arriver fin 2013-début 2014, la relève : les finitions du monde.

Concernant ces finitions, une plus grande variété a été développée (Sauternes – single malt Highland/Islay - Sherry Pedro Ximenes/Fino&Oloroso), pour notre (mon) plus grand plaisir.

Oui parce que, pour être tout à fait honnête avec vous, j'ai plusieurs maisons de prédilection en Martinique.

Et HSE en fait, évidemment, partie...

Pour ne pas vous mentir, dès que les deux Sherry finish sont sorties sur le marché Belge, je me suis littéralement jeté dessus, sans trop réfléchir.

Les dégustant à plusieurs reprises séparément, je n'ai cependant jamais su dire lequel des deux je préférais.

Il y a peu, je me suis enfin décidé de faire une petite battle entre les deux pour pouvoir enfin dire : '' et ben moi, j'aime mieux sui la, pasque ''

Tout cela m’amène, donc, aujourd'hui à vous faire part de mon ressenti sur ces (très belle) bouteilles.

Nous avons, d'abord, le 2004 Fino & Olorosso (boîte bordeaux), élevé 8ans en fût de chêne avant d'avoir été affiné 6 mois en fût de Fino & Olorosso.

Notre bouteille, la n°1242, affiche 45%/vol.

Ensuite, Le 2005 Pedro Ximenez ( boîte rose), élevé 7ans en fût de chêne avant d'avoir été affiné 6 mois en fût de... Pedro Ximenez ( ben oui!).

Notre bouteille, la n°777, affiche 46%/vol.

Le packaging est magnifique ( oui je sais, tout le monde s'en fout sauf moi) et les indications sont claires.

On va pouvoir commencer :

HSE Sherry finish 2004 Fino & Olorosso vs 2005 Pedro Ximenez

Couleur

La couleur est assez semblable pour les deux.

On est sur du cuivré avec de beaux reflets dorés.

J'ai cependant l'impression que le 2004 est très légèrement plus sombre.

Les deux sont assez gras et les jambes visiblement lourdes.

Match nul

HSE Sherry finish 2004 Fino & Olorosso vs 2005 Pedro Ximenez

Nez

On retrouve le nez typique des HSE avec ce boisé toujours si délicat.

Il y a du raisin sec et de légères notes d'alcool pour les deux.

Le 2005 a une approche plus florale et plutôt fraîche.

Le 2004 est ,quant à lui, plus gourmand ,sur les amandes sucrées, le massepain.

Même si le 2005 est plus raffiné, à mon sens, ma préférence va au 2004.

Avantage 2004 Fino & Olorosso

HSE Sherry finish 2004 Fino & Olorosso vs 2005 Pedro Ximenez

Bouche

L'attaque se fait tout en douceur pour le 2005 avec de la réglisse et, en fond, de la menthe.

On détecte encore ces fruits secs ( raisins) et ce magnifique boisé pour les deux.

Pour le 2004, l'attaque est plus complexe avec de l'amertume d'entrée de jeu.

J'ai largement préféré ce côté réglisse du 2005 qui va se coller dans les gencives.

Le 2004 est, pour sa part, quelque peu astringent, ce qui me plaît un peu moins.

Avantage 2005 Pedro Ximenez

HSE Sherry finish 2004 Fino & Olorosso vs 2005 Pedro Ximenez

Finale

Toujours sur les arômes détectés en bouche, la finale est assez longue concernant les deux.

Bien que ça soit plus soutenu pour le 2004, c'est, pour moi, moins agréable à cause du côté amer vraiment marqué par rapport au 2005.

Avantage 2005 Pedro Ximenez

Verdict

Comme vous le savez où vous l'apprenez, j'aime beaucoup la gamme HSE.

Il était temps de faire ce comparatif afin de savoir enfin lequel des deux sherry se détachait.

J'avais déjà une idée par rapport à mes souvenirs de précédentes dégustations.

Passons cette superbe couleur, le nez était vraiment à l'avantage du 2004, bien plus gourmand.

En bouche et en finale, ma préférence est allée vers le 2005, moins long (de très peu), plus frais et mentholé.

Deux très beaux produits, en tout cas.

Picsus

HSE Sherry finish 2004 Fino & Olorosso vs 2005 Pedro Ximenez
Commenter cet article